La persévérance d’un chef d’entreprise – résumé du livre Ma petite entreprise a connu la crise

Salut les Workers Indépendants et bienvenue sur mon blog “Efficace dans mon job“!

Dans cet article tu vas entendre parler de dépôt de bilan et de redressement judiciaire 😱. Oula ce n’est pas très réjouissant tout ça 🧐! Je te partage mon résumé du livre “Ma petite entreprise a connu la crise”, écrit par Nicolas Doucerain, dirigeant de la société Solic. La société Solic est spécialisé dans le conseil en recrutement et en ressources humaines.

Touchée par la crise de 2008 et après environ 1 an et demi de bataille, elle a su sortir la tête de l’eau ! Une magnifique aventure d’entreprise menée par le courage et la persévérance de Nicolas, ses associés et ses collaborateurs !

La persévérance d'un chef d'entreprise - résumé du livre Ma petite entreprise a connu la crise

Un début prometteur 😎

Le père de Nicolas Doucerain, qui est à la tête de la société Solic Carrières a très vite compris que son fils est un entrepreneur dans l’âme. Et c’est en 1996 qu’il lui confit les reines de la société. Nicolas n’a que 20 ans et c’est sans salarié ni client qu’il commence cette aventure.

Dans un premier temps il fait un énorme travail de documentation sur les ressources humaines. En parallèle son père lui enseigne les rudiments du métier. Le porte feuille clients grandit et Nicolas recrute ses premiers collaborateurs.

En 2004 Solic Carrières devient Solic. Plusieurs agences s’implantent sur le territoire français. Sa croissance est impressionnante d’année en année.

En 2008 Solic s’élève au rang de premier groupe français indépendant de conseil de recrutement et de ressources humaines.

Mais le 15 septembre 2008 tout bascule…

Crise financière de 2008 📉

Cela fait deux semaines que Lehman Brothers est en faillite. Plus d’une dizaine de clients ont déjà annulé leurs missions auprès de Solic. Les résultats de l’entreprise ne sont pas bons et les projections pour les prochains mois le sont encore moins…Pour combler cette perte il faudrait licencier 30 collaborateurs (sur les 87 actuels). Mais ce n’est pas envisageable pour Nicolas. Il décide de baisser son salaire et ceux de ses associés de 30%.

Malgré ces efforts, les diminutions de salaires ne suffisent pas et après mûre réflexion il décide de lancer un plan de licenciement économique. Il doit se séparer de 9 salariés…

Remotiver les troupes ! 💪

Après cette vague de licenciement, Nicolas Doucerain se rend bien compte que la motivation de ses employés n’est plus là…Il réalise un discours expliquant les raisons qui ont menées à ces licenciements. Il en appelle au courage et à la volonté des individus. Et finalement, il conclu par un petit mot (qui le motive personnellement) sur la toute récente élection de Barack Obama aux Etats-Unis (premier président noir américain) :

❝ Ce qu’a accompli Barack Obama aux Etats-Unis est un magnifique exemple. Sa réussite doit être une inspiration pour tous.❞

Nicolas Doucerain

Pour ne laisser aucune personne de coté, il va de services en services afin d’avoir un contact direct avec ses employés et les encourage à ne rien lâcher et à se serrer les coudes entre collègues.

Le second semestre 2008 s’achève avec une perte de 1,2 million d’euros…😞

2009, nouvelle année, croissance retrouvée ???

Janvier 2009 :

L’année 2008 a touché de plein fouet l’activité de Solic en Île-de-France. Les agences en régions s’en sont sorties inextrémiste.

En revanche l’année 2009 part très mal pour celles-ci. Nantes, Lille, Lyon et Besançon sont en peine. Fin janvier les pertes sont bien plus importantes que les prévisions.

Une nouvelle vague de licenciement s’opère. Elle touche deux associés de Nicolas (départ anticipé à la retraite) et deux employés en région. Les économies générées par les licenciements ne sont pas suffisantes. L’agence de Lyon, des bureaux d’appoints de la région parisienne doivent fermer. Il faut supprimer tous les véhicules de fonction et certains téléphones portables. Nicolas décide à ce moment de ne plus se verser de salaire. Son père, toujours dans la société, approuve le geste de son fils et en fait de même.

Février 2009 :

Nicolas entend parler à la radio du chômage partiel. Il a beaucoup d’incertitude sur le fait qu’une société de service ait le droit d’utiliser cette option. Il décide d’en parler à sa femme, qui s’occupe de la partie juridique de l’entreprise, et à leur avocat en droit social. Mais face aux avis divergents qu’il reçoit, il décide de se tourner vers l’inspection du travail. Leur retour est positif. Verdict, le chômage partiel s’opèrera jusqu’à août.

En parallèle, Solic répond à un appel d’offres pour un projet à 890 000€ (ce projet serait leur plus grosse campagne de recrutement depuis la création de Solic). Une grosse équipe se mobilise pour y répondre. Et après un long travail, le dossier se finalise en temps et en heure (à une minute près). Ouf !!! Et deux semaines plus tard, le résultat est là ! Solic est retenue pour réaliser ce projet !

Mars, avril 2009 :

Malgré la victoire de l’appel d’offre et les mesures entreprisent, les charges qu’engendrent Solic sont trop importantes. Il faudrait les diminuer de moitié. Ce qui équivaudrait à licencier la moitié des employés et fermer les bureaux en région. Nicolas n’a plus d’idée mais il ne veut pas renoncer. Il sait que sans aucune mesure il ne pourra verser les salaires le mois prochain…

N’ayant plus aucune solution, il décide de faire appel à son avocat fiscaliste qui le suit et qui a suivit son père depuis les débuts de Solic. Nicolas lui montre les chiffres et lui explique la situation.

Malheureusement la seule solution est de déposer le bilan (appelé aujourd’hui “cessation de paiements”), et d’obtenir la mise en redressement judiciaire.

La mise en redressement permettra à Solic de ne plus payer ses charges (emprunts, Secu, EDF, téléphone, etc).

Redressement judiciaire

La procédure de redressement judiciaire, qui doit être mise en œuvre par toute entreprise en cessation de paiements dont le redressement est jugé possible, permet la poursuite de l’activité de l’entreprise, l’apurement de ses dettes et le maintien de l’emploi. Elle peut donner lieu à l’adoption d’un plan de redressement à l’issue d’une période d’observation, pendant laquelle un bilan économique et social de l’entreprise est réalisé. Définition du site service-public.fr

Mai, juin 2009 :

Nicolas obtient un rendez-vous avec un juriste spécialisé dans ce type de démarche. La date pour déposer le bilan est fixée au 30 juin. Le juriste lui fournit des statistiques qui lui font froid dans le dos :

“Sachez que seules 2 à 3% des entreprises parviennent à se redresser. Je préfère être tout à fait franc avec vous. Ce n’est pas pour vous décourager, mais pour vous faire comprendre qu’un redressement judiciaire n’est pas une guérison, encore moins une convalescence. C’est un combat de tous les instants. La guérison vient ensuite.”

Là dessus, aucun doute pour Nicolas, il doit faire partie de ces 2% 💪.

Préparation du jugement ⚖️

Il y a une grosse préparation à entreprendre pour que le redressement soit accepté. En effet il faut diminuer de 50% les charges actuelles de Solic…Malheureusement un nouveau plan de licenciement est entrepris. Il faut ce séparer de 30 employés…Nicolas ressent un sentiment énorme de peine, d’échec, de colère, de détresse fasse à cette nouvelle vague de licenciements. Mais s’il faut sacrifier des collaborateurs pour en sauver d’autres, il le fera.

Afin de mettre toutes les chances de son coté devant le jury qui décidera de la mise en redressement, il faut avoir transférer le maximum d’argent sur un compte d’un établissement financier spécialisé. Et forte heureusement Solic a signé dernièrement quelques gros contrats. Mais le transfert de fond du compte du Solic vers cet établissement n’a pas été une mince affaire. Nicolas s’est heurté à des banquiers pas très compréhensifs face à sa situation. Après quelques rendez-vous corsés, il arrive tout de même à faire virer l’intégralité des fonds.

L’heure du jugement 💪

Nicolas, ses délégués du personnel et le juriste entrent en scène. Les trois juges, un procureur et un greffier écoutent leur discours. Le jury est intimidant et quelques hésitations se font sentir. Le procureur insiste sur le fait que le prévisionnel de trésorerie est beaucoup trop optimiste. Il ajoute qu’il a prononcé la liquidation judiciaire de beaucoup de sociétés concurrentes à celles de Solic dernièrement…

Malgré son bouillonnement intérieur, Nicolas se reprend et rétorque :

“Sauf votre respect, je pense que c’est vous qui faites fausse route. Rien n’a été négligé dans notre prévisionnel et, croyez-moi, nous n’avons pas fait les choses à la légère. Je vous donne rendez-vous ne serait-ce que dans deux mois : vous verrez que nous ne nous trompons pas.”

Nicolas l’a joué quitte ou double. Les dés sont maintenant jetés. Le tribunal prononce le placement en redressement judiciaire de Solic avec une période d’observation de 6 mois.

C’est une victoire, mais il faut maintenant mettre en place la suite et tenir le plan prévisionnel présenté au jury.

Soulagement pour l’entreprise et la famille

Nicolas nous explique dans son chapitre “Préserver la famille” qu’il avait du se porter caution solidaire pour plusieurs emprunts effectués par Solic. Le fait d’être en dépôt de bilan interdit aux créanciers de toucher au patrimoine personnel du chef d’entreprise…C’est un énorme soulagement pour lui. Certes temporaire, mais il avait également du faire un emprunt pour l’achat de la maison familiale en 2007. Et depuis le mois de mai il avait déjà reçu plus de 36 courriers en recommandés pour non remboursement du prêt…

Concernant sa famille, il tient fortement à mettre en avant le courage, la patience et la force de sa femme qui ne s’est jamais plainte de son absence et de son manque de présence pendant sa grossesse. Car oui en parallèle de ces dettes professionnelles et personnelles, de sa grossesse, Caroline, sa femme, a continué à travailler d’arrache pieds chez Solic, tenu la maison, s’est occupée de leurs enfants…Elle n’a jamais tenu de propos pessimistes envers la situation de la société, malgré sa peur, sa fatigue et son sentiment de solitude.

Nicolas nous confit qu’il éprouve de terribles remords sur sa non présence auprès de sa famille pendant ces moments très compliqués.

Suivre chaque étape du plan de redressement

Le calendrier des deux prochains mois s’annonce très chargé. Il va falloir prévenir les clients, les fournisseurs et les actionnaires du redressement en cours. Mais également constituer les dossiers d’indemnisation des salariés licenciés, fermer les bureaux en région, assurer les transferts de dossiers, déménager les archives et le matériel informatique, etc etc…

Une certaine honte s’installe chez Nicolas lorsqu’il doit annoncer la situation de Solic auprès de ses clients. Mais celle-ci est vite atténuée en entendant les retours compréhensifs et de soutiens de certains, qui lui proposent même de procéder à des paiements anticipés.

Il ressent également beaucoup de pression et de stress à l’idée d’expliquer à ses fournisseurs qu’il ne va pas pouvoir les rembourser immédiatement mais par échelonnement sur quelques mois. Finalement il découvre avec joie que la plupart de ces établissements ont des services juridiques rodés à ces situations.

Le stress retombe et la confiance est retrouvée

30 août, date de la nouvelle convocation chez le juge, est dans la tête de tous les collaborateurs de Solic. Les mois d’été qui sont normalement des mois creux, ne l’ont pas été plus que ça. Les vacances prisent par chacun ont permis à Solic de repartir sur une bonne lancée. En effet les résultats à la fin août sont très bons. Le déficit prévu devant être de 125 000€. Ce dernier n’atteint que 9000€. C’est une grande victoire !

Le rendez-vous en salle d’audience du 30 août est une réussite. Le redressement judiciaire est poursuivi jusqu’au 6 mois d’observation.

Dernière ligne droite…🎯

Le chiffre d’affaires réalisé depuis le début de la période d’observation dépasse de 300 000€ les objectifs. Le bénéfice n’a jamais été aussi élevé. Plusieurs collaboratrices licenciées ont même été réembauchées. De son côté Nicolas a pu se reverser un salaire et rembourser en urgence un certain nombre de créances, ce qui lui a permis d’éviter la faillite personnelle.

Le jugement du 26 janvier va décider de la prolongation ou non d’une nouvelle phase d’observation de 6 mois. Pour Nicolas le but premier est de sortir de celle-ci immédiatement.

26 janvier 2010 :

Nicolas prend la parole et revient sur le travail accompli, sur leurs résultats inespérés et sur la détermination collective qui règne au sein de Solic. Il annonce son plan de continuation et son désir de voir la fin de la période d’observation s’achever.

Le jugement tombe. Et le juge livre ses appréciations :

“Monsieur Doucerain, je ne pense pas trahir le point de vue des membres de la Chambre en vous adressant toutes mes félicitations pour le travail accompli. Depuis que j’exerce au tribunal de commerce de Nanterre, je n’ai jamais vu une entreprise se redresser aussi rapidement. Sincèrement bravo.”

Nicolas est soulagé et fier de cette bataille rondement menée. Quelques jours plus tard il apprend que le plan de continuation a été accepté. Solic retrouve désormais sa liberté.

“La fin de la période d’observation referme un chapitre sombre de l’histoire de Solic. De nouvelles pages vont s’écrire dans les années à venir, plus légères, plus lumineuses. Elles conserveront toutefois en filigrane le souvenir de ces jours où nous avons failli disparaitre.” Nicolas Doucerain

Je terminerai ce résumé par la première phrase du chapitre “Remerciement” :

“Si ce livre est écrit à la première personne du singulier, il est pourtant l’expression d’une histoire partagée et collective.”

Mon avis

Pfff quelle claque ! Ce livre est un best en matière d’exemplarité de persévérance pour le sauvetage d’une entreprise. Nicolas nous fait vivre par le biais de son expérience entrepreneuriale la descente aux enfers de sa société…Mais surtout la façon dont il a su, avec l’aide de ses collaborateurs, la remettre à flot.

Il ne nous cache rien ; pas même les chiffres financiers, ses émotions, ses erreurs. Il nous partage également ses joies et ses peines.

Bravo et merci de nous avoir partagé votre histoire!


Je n’ai plus qu’à te souhaiter une bonne lecture du livre 😜.

Voici un lien pour lire les commentaires du livre “Ma petite entreprise a connu la crise”

Et un autre lien pour acheter le livre “Ma petite entreprise a connu la crise” (tu peux aussi cliquer sur l’image en-dessous) 👇

Cette page contient des liens affiliés Amazon, c’est à dire qu’il me permet de toucher une petite commission si vous achetez un produit Amazon en passant par ce lien. Bien évidemment cela n’augmente pas le prix final que vous allez payer. Ces commissions me permettent de vous offrir autant de contenu gratuitement, donc merci si vous passez par mes liens pour acheter ces produits ! Et je ne recommanderai jamais un produit que je n’estime pas sincèrement être un produit de qualité et que je ne recommanderai pas à mes proches. C’est essentiel pour moi de vous apporter le maximum de valeur !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 6
    Partages

2 commentaires à propos de “La persévérance d’un chef d’entreprise – résumé du livre Ma petite entreprise a connu la crise”

  1. J’ai aussi lu ce livre ! Il est génial ! Merci de m’y refaire penser. Je crois que je vais le lire à nouveau. Une vraie histoire d’acharnement qui donne de l’énergie et de la motivation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*